FAMINE :

Conflits et changement climatique, protagonistes de la faim dans le monde

Aujourd’hui, environ 795 millions de personnes dans le monde n’ont pas assez de nourriture pour profiter d’une alimentation saine. Ce manque de nutrition est la cause de près de la moitié des décès d’enfants de moins de cinq ans.

3,1 millions d’enfants meurent chaque année de malnutrition.
Les populations les plus touchées sont celles des pays tels que le Yémen, le Sud-Soudan, l’Afghanistan, la Syrie et les pays riverains du lac Tchad.

Son dénominateur commun : le conflit. La guerre détruit les systèmes d’approvisionnement d’eau et les installations médicales, elle empêche l’accès à la nourriture, provoque des hausses de prix, limite l’accès de l’aide humanitaire.

Ces dernières années, le changement climatique a été l’autre grand protagoniste de la faim dans le monde. Les bouleversements climatiques ont aggravé les sécheresses et endommagé les cultures.

Ils ont également provoqué l’augmentation des phénomènes météorologiques qui ont des conséquences sur les cultures les plus fragiles notamment en Afrique.

L’année dernière, plus de 113 millions de personnes dans 53 pays étaient au bord de la famine, particulièrement en Afrique.
Les catastrophes naturelles dues au changements climatiques et les conflits restent les premières causes des crises alimentaires dans le monde. Le Yémen, la République démocratique du Congo, l’Afghanistan, l’Ethiopie, la Syrie, le Soudan, le Soudan du sud, et la partie nord du Nigéria étaient les huit pays les plus touchés par une malnutrition aiguë en 2018.

À eux huit, ces pays, concentrent 64% des personnes au bord de la famine dans le monde. Islamic Relief Worldwide intervient dans la plupart de ces régions. Islamic Relief Suisse intervient plus particulièrement au Yémen, en Ethiopie, en Syrie ou encore au Soudan du Sud.

Les pays les plus touchés ne sont pas les seuls à souffrir de la faim ; les pays accueillant les réfugiés sont eux aussi en proie à l’insécurité alimentaire comme au Liban, en Jordanie ou en Turquie pour les réfugiés syriens ou encore au Bangladesh pour les Rohingyas du Myanmar.

Au cours des dernières années, le changement climatique a affecté les cultures et aggravé les sécheresses. Les chiffres restent alarmant : en Afrique, 1 personne sur 4 souffre de malnutrition. En Somalie, 1.8 million de personnes ont besoin d’une aide alimentaire urgente tandis qu’au Soudan du Sud, ils sont plus de 6,1 millions.

En raison du conflit, de nombreux centres de santé ne sont pas utilisés et ne peuvent pas faire face aux urgences nutritionnelles de la population.

Les conflits rendent difficile l’acheminement de l’aide humanitaire, indispensable pour lutter contre les famines. Grâce à vos généreux dons, nous pouvons garantir aux victimes de la famine de se nourrir décemment durant ce mois sacré.

Ce Ramadan, j’agis pour les Affamés d’Afrique !