Eau et Puits

Le manque d’eau potable entraine, silencieusement, la mort d’un enfant par minute à travers le monde. Les statistiques sont aberrantes : près de 800 millions de personnes n’ont pas accès à l’eau potable ! En Afrique une femme doit marcher environ chaque jour 6 km pour s’en procurer. Ce problème s’aggrave avec le changement climatique qui provoque de plus en plus de sècheresse

L’eau, la vie

Parce que nous avons saisi l’importance de l’eau, Islamic Relief Suisse s’engage chaque année pour améliorer l’accès à cette ressource. En effet sans eau, pas de culture, pas de bétail…tout simplement pas de vie. C’est pourquoi l’accès à l’eau et aux installations sanitaires fait partie de nos priorités.

L’eau est essentielle à chaque étape de la vie. Que ce soit pour notre consommation directe, pour se laver ou nettoyer, pour irriguer ou encore pour abreuver le bétail, l’eau est indispensable.

Pourtant près de 840 millions de personnes dans le monde n’ont pas ou peu accès à une eau propre et saine. Or la consommation d’une eau non adaptée a d’importantes conséquences sur la santé. Chaque année plus de 500 000 décès sont attribués au manque d’eau potable.

Dysenterie, choléra, diarrhée…autant de maladies qui pourraient être évitées. Les enfants, les femmes enceintes et les personnes âgées sont malheureusement les premières victimes de cette situation.

Que ce soit au travers de la construction de puits, la désinfection des sources d’eau ou même l’installation de systèmes d’irrigation, nos équipes mettent tout en œuvre pour aider les plus pauvres. Nous agissons ainsi aussi bien en situation d’urgence, notamment dans les camps de déplacés pour assurer l’approvisionnement en eau, que sur le long-terme, en cherchant des solutions à la sécheresse, en désinfectant les sources d’eau.

Comment Islamic Relief aide ?

Que ce soit au travers de la construction de puits, la désinfection des sources d’eau ou même l’installation de systèmes d’irrigation, nos équipes mettent tout en œuvre pour aider les plus pauvres. Nous agissons ainsi aussi bien en situation d’urgence, notamment dans les camps de déplacés pour assurer l’approvisionnement en eau, que sur le long-terme, en cherchant des solutions à la sécheresse, en désinfectant les sources d’eau.

Accès ä l’eau au Mali

MALI : RENFORCER LA SÉCURITÉ ALIMENTAIRE EN AMELIORANT L’ACCÈS À L’EAU

Le Mali est l’un des pays sahéliens les plus pauvres, son économie repose essentiellement sur l’agriculture, majoritairement pluviale, qui est pratiquée à plus de 65%, et est fortement impactée par le changement climatique où les pluies irrégulières et la sécheresse entraînent une insécurité alimentaire croissante et une extrême vulnérabilité de la communauté. La pauvreté est concentrée dans les zones rurales du pays (90%), où la densité de population est la plus élevée. Le taux d’extrême pauvreté est de 42,7% (2019). La région de Koulikoro est connue pour avoir un climat sec avec très peu de pluie. L’activité économique repose sur l’agriculture, avec le riz, le sorgho, le maïs, les arachides, le niébé et le wandzou comme principales cultures. Le riz en particulier est l’une des cultures les plus pratiquées. Cependant, à cause du changement climatique les agriculteurs de la région doivent faire face à un assèchement précoce des étangs et à l’éloignement de la nappe phréatique. Les revenus de la riziculture ne peuvent plus subvenir aux besoins alimentaires et financiers des ménages, ce qui augmente l’insécurité alimentaire.

Les agriculteurs des villages de la région manquent cruellement de moyens de subsistance. Les faibles revenus sont incapables de payer les matériels de production. Parmi les contraintes observées figure également le manque de formation technique des producteurs, les stratégies et techniques d’adaptation et d’atténuation des effets négatifs du changement climatique sont méconnues des communautés. De plus, le manque d’organisations communautaires fortes et mieux structurées empêche les producteurs de faire entendre leur voix et de revendiquer leurs droits. La plupart des associations sont informelles, mal structurées, ignorant les principes de base de la société coopérative.

Islamic Relief Suisse au Mali

Ce projet a pour objectif de lutter contre l’insécurité alimentaire de familles vulnérables de la région de Koulikoro grâce à la mise en place de micro-barrages qui permettront aux familles d’irriguer leurs terres. Chaque micro-barrage permettra aux bénéficiaires une plus grande production de riz. Des mesures d’accompagnement pour une production accrue et soutenue seront mises en œuvre, notamment la formation technique des agriculteurs à la riziculture irriguée, la fourniture d’équipements de production et de semences adaptés au changement climatique, et la création de coopératives formelles de producteurs.

Accès à l’eau au Niger

NIGER : RENFORCER LA SÉCURITÉ ALIMENTAIRE ET AMÉLIORER L’ACCÈS À L’EAU

Islamic Relief Niger a ouvert officiellement ses bureaux en 2005 et met en place des projets de sécurité alimentaire, de santé et nutrition, d’eau et de prise en charge d’orphelins. Tout au long de ces dernières années, elle a pu établir de solides relations avec le gouvernement, les autorités locales, les partenaires institutionnels, les bénéficiaires ainsi qu’avec les organisations locales, internationales et onusiennes.  Depuis 2005, Islamic Relief Niger a mis en place plusieurs projets de santé et de nutrition dans 8 districts de la région de Tillabéri et de Dosso. Ainsi, on compte aujourd’hui plus de 74 000 enfants malnutris qui ont pu être traités, 350 personnes issues du corps médical qui ont bénéficié d’une formation, 5 centres de santés qui ont été construits ou réhabilités et plus de 10 000 mères qui ont été sensibilisées sur les moyens de prévenir la malnutrition.

Au Niger, l’accès aux services de base comme l’eau, l’électricité, l’éducation ou la santé reste fortement limité, notamment dans les zones rurales. 80% de la population tire ses ressources de l’agriculture, seulement entre changement climatique, sécheresse et inondations, il devient de plus en plus difficiles pour de nombreuses familles de travailler la terre. Entre 2019 et 2020, la situation nutritionnelle des enfants de 0 à 5 ans ne s’est pas améliorée ; la prévalence de la malnutrition chronique (45,1%) de 2020 reste très élevée et similaire à celle de 2019 (45,7%).

Le district de Balleyara, situé à 100 km au nord-est de la capitale Niamey, compte 114 villages avec une population d’environ 84 000 habitants. Un quart des villages a un accès limité à l’eau potable en raison de la profondeur de la nappe phréatique.  La malnutrition des femmes enceintes et allaitantes et des enfants de moins de 5 ans continue d’être un sujet de préoccupation.

Islamic Relief Suisse au Niger

Ce projet se compose de trois grands objectifs :

  • Prévenir la malnutrition en sensibilisant et en aidant les jeunes mères à adopter de bonne pratiques alimentaires et en mettant en place des jardins partagés
  • Améliorer l’accès à l’eau grâce à la construction de 2 systèmes d’eau avec 4 points de distribution dans chaque village (usage agricole et consommation propre) –Profondeur de chaque puits : 70m
  • Protection des enfants et lutte contre violences infantiles

Forage de puits

Grâce à la mobilisation de nos généreux donateurs, Islamic Relief Suisse a pu forer 80 puits en Afghanistan pour l’année 2021. Par conséquent nous n’avons plus de puits à vous proposer actuellement. Nous reviendrons vers vous pour un nouveau projet prochainement.

[class^="wpforms-"]
[class^="wpforms-"]