En temps de crise, restons solidaires !

Dans un contexte où l’épidémie du coronavirus s’étend dans de nombreux pays, l’importance d’être en bonne santé prend alors tout son sens. Il est légitime que nous ayons peur. Cependant, il est essentiel de ne pas tomber dans le piège de l’individualisme ou dans la panique. En temps de crise et d’incertitude, nous devons nous rappeler de notre foi et de nos obligations les uns envers les autres.

Nous devons reconnaître notre privilège d’avoir accès à un système de santé, à des ressources et à des nécessités de base. Il est important, maintenant plus que jamais, de ne pas penser qu’à nous-mêmes, mais plutôt à nos aînés et aux plus vulnérables d’entre nous dans notre entourage et à travers le monde.

Nous vous invitons à cliquer sur les images ci-dessous :

 

Pensons aux autres

Le climat actuel pousse certains d’entre nous à l’individualisme tandis que nous devrions rester solidaires. Nous devons, tout en prenant nos précautions, penseraux plus fragiles, aider nos aînés s’ils ont besoin de faire leurs courses, d’aller à la pharmacie ou à un rendez-vous médical par exemple. Restons solidaires envers nos aînés. Protégeons-les. Rassurons-les.

Gardons la foi

La pandémie bouleverse nos modes de vie et crée un climat de panique, d’incertitudes. Face à cette situation, la foi doit nous permettre d‘avancer, de nous adapter, de transformer cette situation en une opportunité de se (re)connecter à Dieu. Il nous faut rester positif dans un contexte où la peur prend de plus en plus le dessus.

L’épreuve en Islam se vit dans l’acceptation. Prions Dieu pour qu’il nous protège. La puissance des invocations est sans limites.

Retrouvons l’esprit de famille

Le confinement total auquel nous sommes soumis peut apparaitre comme une forte contrainte mais c’est une chance inattendue pour renforcer les liens au sein de la famille, rapprocher les parents avec les enfants, instaurer une véritable communication, repenser l’éducation des enfants, faire régner un climat d’amour, d’affection et de bienveillance.


En résumé, retrouver le sens de la famille après l’avoir mis à mal par les réseaux sociaux, un rythme de vie (travail, école) qui a imposé aux membres de la même famille, sous le même toit, de vivre dans des mondes parallèles.

«Rien ne nous atteindra, en dehors de ce que Dieu a déjà prescrit pour nous. Il est notre Protecteur. C’est en Dieu que les croyants doivent mettre leur confiance.» (Coran 9:51)

“Soignez vos malades par la sadaqa” Hadith

Aujourd’hui, plus que jamais, la notion de solidarité doit prendre tout son sens. Soyons solidaires avec les personnes âgées, soyons solidaires avec les personnes malades et vulnérables, soyons solidaires avec les réfugiés qui en plus de leur situation déjà difficile doivent craindre le coronavirus, soyons solidaires avec les orphelins qui n’ont personne pour les protéger, soyons solidaires avec les personnes qui souffrent de famine et qui ont un système immunitaire très affaibli, soyons solidaires avec nos familles, nos proches et nos voisins.

C’est aujourd’hui que nous pouvons démontrer que la générosité, l’empathie et l’entraide sont des termes qui définissent l’humanité.

 

Ne les oublions pas !

Nous devons méditer sur cette situation. Être confinés, pouvoir sortir uniquement sur autorisation peut paraitre difficile pour beaucoup d’entre nous, mais n’oublions pas que notre confinement nous est imposé pour sauver les personnes les plus vulnérables à cette crise. D’autres, dans des endroits comme Gaza, Idlib, Cox Bazaar ou le Yémen sont contraints de vivre, voire de survivre, dans des conditions de précarité extrême, non pas pour protéger les autres ou freiner la propagation d’une maladie mais pour se cacher des bombes ou des persécutions. N’oublions pas que notre confinement se déroule dans des conditions acceptables : nous ne risquons pas de mourir de faim, nous sommes au chaud et à l’abri et nous ne craignons aucun bombardement.

Nos équipes sur le terrain, comme au Yémen, en Syrie ou à Gaza, appréhendent l’apparition de ce virus qui aura des conséquences tragiques. En effet, ces régions souffrent de systèmes de santé défaillants et manquent de matériel médical de base. Qu’adviendra-t-il de ces millions de réfugiés qui n’ont aucun moyen de se protéger ? Malgré tout, nos équipes restent mobilisées et prévoient de distribuer des kits d’hygiène (savons, gels hydroalcooliques, paracétamol, thermomètres…)

« La sadaqa repousse le malheur. » (Hadith)

[class^="wpforms-"]
[class^="wpforms-"]